PARRAINAGES

Vous pouvez, vous aussi, parrainer un enfant du Centre Don Orione
Pour parrainer un enfant du Centre Don Orione de Bombouaka. Contactez nous et nous vous guiderons dans cette démarche. L'essentiel du concept est dans cette brochure que vous pouvez télécharger.
2PàD fr yovotogo blanc L.pdf
Document Adobe Acrobat [3.6 MB]

Les enfants parrainés

ARZOUMA Salley est née en 2012 en Côte d’Ivoire, fille de YAO Arzouma et de KPALBONDJA Damban.  Elle est issue  d’une famille polygame de trois femmes avec 12 enfants. La maman de Salley est la dernière femme et a quatre enfants dont deux filles et deux garçons. La famille vit essentiellement de l’agriculture et de l’élevage.  Le papa va de temps en temps en côte d’Ivoire à la recherche du mieux être de toute la famille.

Salley est né sans problème. Mais l’âge de quatre ans, elle a été frappée par une crise de neuropaludisme entrainant ainsi des troubles de langage, de marche et de position assise. Elle a été consultée pour la première fois au Centre le 07/03/2017  par Moïse LARE, Psychomotricien du Centre. De la consultation, il est ressorti que l’enfant souffre d’une Infirmité Motrice Cérébrale plus hémiplégie gauche dues à un neuropaludisme. Sur demande des parents, l’enfant a été accueilli au centre pour une meilleure prise en charge. Ainsi elle  bénéficie des soins de  rééducation fonctionnelle, en psychomotricité et en orthophonie.  

Elle a eu cette crise depuis la Côte d’Ivoire.  Pour les parents, ils souhaitent voir leur enfant un jour marcher et parler. C’est un enfant génial qui s’amuse très bien avec ses camarades. Cet enfant a besoins d’un soutien effectif pour lui permettre de se traiter et pouvoir fréquenter l’école si possible.

Salley est parrainée par Alain J. depuis aout 2017

SAMBIANI Monobre est fils de SAMBIANI Pakidame  et de LAMBONI Sanibou demeurant et domicilié à Kampitbongue, canton de Korbongou dans la préfecture de tône. Il est issu d’une famille polygame de deux femmes avec 07 enfants. La famille vit essentiellement de l’agriculture et de l’élevage domestique. Elle cultive le maïs, le mil, le sorgho et le riz et élève les volailles. Elle vit sur un terrain Acquis par héritage des grands parents. Le papa est cultivateur et la maman ménagère.

SAMBIANI Monobre est né en 2007 à Kampitbongue.  Il a été consulté pour la première fois le 10/05/2011 par Justine KANTOUTI,  la kinésithérapeute du centre. De la consultation, il est ressorti que l’enfant souffrait d’une paralysie du membre inférieur gauche suite à une injection. Donc il a été rééduqué au centre pendant 02 mois puis appareillé. A la fin il ya eu une amélioration considérable et il marche mieux avec les appareils. Par la suite il a été accueilli au centre Don Orione pour lui permettre de fréquenter. Présentement il fait la classe de CE1. Il bénéficié des appareils, de la rééducation puis des soins. Il vit actuellement au centre.

  C’est un enfant qui s’amuse très bien avec ces camarades. Cet enfant a besoins d’un appui supplémentaire pour continuer les classes et faire  les activités quotidiennes de la vie.

Monobre est parrainé Christine F. depuis mai 2017

DOUTI Djessoa est fils de DOUTI Kodjo et de SAMBIANI Limbayié demeurant et domicilié à Tintondi, canton de Gando dans la préfecture de l’Oti. Il est issu d’une famille polygame de deux femmes avec 09 enfants. La maman de notre bénéficiaire est la première et a 06 enfants. La famille vit essentiellement de l’agriculture familiale et de l’élevage domestique. Elle cultive le maïs, le mil, le sorgho et le riz et élève les volailles. Elle vit sur un terrain Acquis par héritage des grands parents. Le papa est cultivateur et la mère ménagère.

DOUTI Djessoa est né en 2006 à Tintondi.  Il a été consulté pour la première fois le 08/06/2015 par Justine KANTOUTI, kinésithérapeute du centre. De la consultation, il est ressorti que l’enfant souffre des séquelles de poliomyélite du membre inférieur droit. Donc il a été rééduqué au centre pendant un mois à partir du 15/06/2015 puis appareillé. A la fin il ya eu une amélioration considérable et il marche bien.

Présentement, il vit au centre sur demande de la maman. Il fréquente et fait le CP1. Son papa est un aventurier et vit présentement au Nigeria avec ses deux grands frères. Au fait il est abandonné par son papa de même que un de ses petits frères. Tous sont revenus rester chez les parents de la maman. Donc c’est son oncle maternel qui s’occupe d’eux.

  C’est un enfant humble qui s’amuse très bien avec ces camarades. Cet enfant a besoins d’un appui supplémentaire pour continuer son éducation scolaire et sa santé.

Djessoa est parrainé par Delphine M. depuis janvier 2017

GBARGOU Ahissa est née le 25 Octobre 2007, du Père GBARGOU Ali et de Mère KINKANDJA Gountéti. Les parents sont domiciliés à Bougou dans le canton de Natigou, Préfecture de Tône. Elle est issue d’une famille polygame de 14 enfants. Présentement, elle est orpheline de père. Après le décès du papa, ce sont ses demi-frères qui s’occupent de sa maman. C’est une famille qui vit essentiellement de l’agriculture traditionnelle, de l’élevage domestique et du maraichage.

Ahissa a été consultée pour la première fois le 08/03/2010 au centre. De cette consultation il est ressorti qu’elle souffre d’une hémiplégie post convulsive. Elle a été rééduquée du 29/03/2010 au 29/05/2010. Elle est repartie avec une amélioration  considérable entrainant ainsi une grande satisfaction et une joie de la famille. Avec des visites répétitives en famille, la Maman a souhaité que l’enfant soit intégré à l’internat. La demande fut accordée pour l’année académique 2012-2013. Elle fait le CP2. Elle a des difficultés d’apprentissage donc elle n’évolue pas très bien à l’école.

     C’est une fille très calme, mais qui a besoins d’une assistance et du soutien pour se promouvoir et réaliser sa vie.  Néanmoins elle s’exprime correctement.

Ahissa est parrainée par Isabelle S. depuis novembre  2016

Yandouman TCHATOUME est née en 2003 de père Kannaribe Tchatoume et de mère DJIKANGUE Bannoribe. Les parents sont domiciliés à Kone dans le canton de Dapaong, préfecture de Tône. Elle est issue d’une famille monogame avec 06 enfants dont 3 garçons et 3 filles. C’est une famille qui vit essentiellement de l’agriculture traditionnelle et de l’élevage domestique. Elle vit sur un terrain acquis par héritage des grands parents sur lequel elle cultive le maïs et le sorgho.

Yendouman a été consulté pour la première fois le 4/5/2016 au centre. De cette consultation il est ressorti qu’elle souffre d’une tétraplégie plus des complications du décubitus selon les spécialistes. C’est une fille très intelligente qui fait le CM2 malgré sa déficience. Elle n’arrive pas à s’assoir, le centre lui a trouvé un fauteuil adapté à sa déficience pour lui permettre de continuer les classes. La maladie de l’enfant a commencé par une crise.

C’est une fille très gentille, mais qui a besoin d’une assistance à vie car elle n’a pas la capacité de faire les activités de la vie quotidienne. Néanmoins elle s’exprime correctement.

Yandouman est parrainée par Eric D. depuis octobre 2016

TAMPANTE Lamisse est née le 1er Octobre 2009,  du Père TAMPANTE Midokibe et de Mère SOUK Tchormin. Les parents sont domiciliés à Kpekidjok dans le canton de Lokpano, Préfecture de Tandjouare. Elle est issue d’une jeune famille monogame avec 03 enfants. C’est une famille qui vit essentiellement de l’agriculture traditionnelle et de l’élevage domestique, mais aussi des revenus du Papa qui est un enseignant volontaire. Elle vit sur un terrain acquis par donation sur lequel elle cultive le maïs, le sorgho.

Lamisse a été consultée pour la première fois le 18/01/2011 au centre. De cette consultation il est ressorti qu’elle souffre d’une IMC athétosique selon les spécialistes. Elle a été rééduquée pour la première fois du 22/02/2011 au 06/05/2011. Elle fut repartie avec une amélioration  considérable. Puis pour la deuxième fois du 22/06/2015 au 01/09/2015. Cette dernière fois elle est partie avec une grande satisfaction et la joie dans la famille. Avec des visites répétitives en famille, le papa a souhaité que l’enfant soit intégré au foyer. La demande fut accordée pour l’année académique 2016-2017. Elle fera le CP1.

C’est une fille très amusante, mais qui a besoins d’une assistance et du soutien pour se promouvoir et réaliser sa vie.  Néanmoins elle s’exprime correctement. 

Lamisse est parrainée par Lucille O. depuis aout 2016

Marie-Jo Naldjoume TCHINTCHIBDJA est née le 09 septembre 1999, à Nadjoundi dans la préfecture de Tône, son papa est cultivateur avec une revenue d’environ 15 sacs de vivres par an. Son handicap est un Pied plat varus équin congénital gauche et elle est amputée des orteils droits. Naldjoume se déplace à pied sans canne, elle porte une paire de chaussures orthopédiques. Sa famille habite dans une zone rurale à 43 km environ du centre Don Orione.

Les parents sont analphabètes et vivent avec les grands parents dans une extrême pauvreté. L’agriculture traditionnelle est leur activité principale. Leur revenue est très limité en raison de l’espace cultivable réduit (environ 15 sacs de vivres par an selon les saisons).

Elle est prise en charge au Centre pour la première fois au cours de l’année scolaire 2001 d’abord pour la chirurgie à Tanguiéta au Bénin et appareillage. Ensuite, elle a été accueilli à l’internat maman Marguerite (l’Internat « Village Padre Pio » du Centre Saint Louis Orione de Bombouaka au cours de l’année scolaire 2005-2006 pour la scolarisation. Depuis et actuellement, elle est en classe de 6ème au collège de Dapaong. Elle est assidu, intelligente, travaille bien à l’école. C’est une fille gentille et aime beaucoup la danse.

Marie-Jo est parrainée par les Smarty's depuis octobre 2015

Mardia NADOH est une petite fille née le 26/11/2006 à Mango, préfecture de l’OTI. Mardia est issue de parents très pauvres. Son papa Raouf NADOH et sa maman Nafissatou TONTOGOU par manque de moyen pour construire une maison vivent chez le papa de la mère. Ils sont de confession musulmane.

Malheureusement, cette année durant la saison des pluies, la maison en banco qu’ils occupaient s’est écroulée. Actuellement ils sont en location, encore faut-il savoir si les parents pourront réellement faire face au frais de loyer. Comble de malchance le feu a brûlé le champ de maïs de son papa.

Elle est venue au Centre pour la première fois le 23 aout 2012 pour y être appareillée. Elle souffre d’une infirmité motrice cérébrale néo-natale. En ce moment, Mardia est en rééducation au Centre. La maman dit qu’elle n’a plus rien pour poursuivre les soins de son enfant. Mardia va devoir être accueillie à l’internat pour lui donner plus de chances de bénéficier d’une bonne éducation et ainsi soulager un peu les parents très pauvres.

C’est dire combien son parrainage tombe à point nommé puisque jusqu’à présent Mardia n’était pas scolarisée.

Mardia est parrainée par Mickael L. depuis décembre 2014

Nestor Yao MONKPO est né le 27 février 2009 à Lomé de MONKPO Jean et de ADJAMAKOU Kossiwa.

Le papa de Nestor était un éleveur, depuis 5 ans il est frappé par une maladie. Il est polygame, marié à  4 femmes. La maman de Nestor est la deuxième femme avec trois enfants dont Nestor est le benjamin.

La maladie de Nestor a commencé après un mois de naissance suite a une crise. Après avoir parcouru plusieurs hôpitaux sans obtenir un bon résultat.

Nestor vient de bénéficier de la chirurgie grâce à la mission chirurgicale Espagnole OASIS. Il suit en ce moment la rééducation. Après il intégrera l’internat afin de lui faciliter la scolarisation.

Nestor est parrainé par Pascale E. depuis novembre 2014

Sadjo DJAGBA est née en 2007 du père DJAGBA Nayakidja et de mère Douti Bartchima. Les parents sont domiciliés à Bandjoak/Tidonte dans le canton de Korbongou, préfecture de Tône. Elle est issue d’une famille polygame de deux femmes avec 5 enfants. La maman de Sadjo est la première femme de son mari et a 3 enfants. Cette dernière a eu six accouchements mais à cause de la mortalité infantile, elle a perdu les 3 autres enfants.

C’est une famille qui vit essentiellement de l’agriculture traditionnelle et de l’élevage domestique. Elle vit sur un terrain acquis par héritage des grands-parents sur lequel elle cultive le maïs, le sorgho, le piment…avec un revenu annuel d’environ 6 sacs de vivres par an et qui varie selon la pluviométrie de chaque année. Le mari voyage de temps en temps, à la recherche du mieux-être.

Sadjo a été consultée pour la première fois le 1er avril 2013 au centre. De cette consultation, il est ressorti que Sadjo souffre d’une paraplégie flasque, séquelles de poliomyélite articulaire aigue. Ainsi donc, elle a été rééduquée et appareillée pour la première fois le 19 avril 2013, plâtrée le 7 janvier 2014 pour flexum du genou droit et le deuxième le 10 février 2014.

C’est une fille très gentille et habile qui aide ses parents avec ses capacités dans les activités de la vie quotidienne. Le souhait de ses parents est de voir un jour l’accueil de Sadjo au centre St Louis ORIONE de BOMBOUAKA pour une meilleure prise en charge de son handicap. Ce souhait a été réalisé le 26 septembre 2014. Elle est actuellement au centre et a besoin d’un soutien sans faille pouvant lui permettre de mieux s’intégrer dans la communauté. Pour l’instant, elle a besoin d’un jugement supplétif qui équivaut à l’acte de naissance et le renouvellement des appareils. Elle aime aller à l’école, de ce fait la pièce de naissance est indispensable. Sadjo est laborieuse et brave.

Sadjo est parrainée par Francoise C. depuis novembre 2014

Nannipo FEIGBENE, elle est née le 28 Août 2003 à Nassiéte dans le canton de Goundoga, fille de FEIGBENE Libenandame et de FOGUIME Nayabe, Nannipo est issue d’une famille monogame de 06 enfants dont 05 filles et 01 garçon. Nannipo est la benjamine de sa famille.

  Son père est soudeur de profession et sa ma mère ménagère.  Depuis 2011, sa maman souffre d’une plaie incurable causée par des piquants dans la cours de la maison. Cette plaie a été traitée au centre « St Louis Orione », mais sans guérison. Selon le mari, la maladie de sa femme a accentué de telle sorte qu’il a dû abandonner son métier pour s’occuper de la santé de celle-ci surtout dans l’indigénat car l’argent est fini.  Mais jusqu’aujourd’hui  la plaie là continue. Le revenu de toute la famille se situe entre 6 et 7 sacs par an compte tenue du manque de terre cultivable et surtout de la maladie de la dame.

  Nannipo faisait la classe de CE1  à l’EPP Nassiete. Elle est une jeune fille très brave et gentille. Elle travaille un peu bien à l’école et s’amuse avec ses camarades. Depuis la maladie de sa maman, c’est elle qui faisait presque toute les taches ménagères à sa capacité. Mais depuis sa maladie, elle n’arrive plus à faire quelque chose. C’est en Mai 2013 que sa maladie est survenue. Elle a eu d’abord un mal à l’épaule gauche évoluant jusqu'à faire un abcès qui a été  incisé en Novembre 2013. Depuis l’incision jusqu’à ce jour, la pue continue de sortir dans la plaie. Et comme cela ne suffisait pas, elle a eu mal au pied droit et jusqu’aujourd’hui, elle n’arrive pas à marcher sur une longue distance et surtout sans bâton. Alors elle a due abandonner les classes dès l’année académique 2013-2014. 

  Nannipo a été découverte pour la première fois le 21 février 2014 par le Père Alain lors de la sensibilisation contre le diabète et l’hypertension artérielle organisée par l’amicale des ressortissants du canton de Bombouaka à Lomé en collaboration avec l’Association Santé Education Intégrales en Afrique au sein du centre. Voyant les difficultés que Nannipo avait pour marcher, il a été demandé à son papa de l’amener en consultation au centre, ce qui fut fait le 24 Février 2014. Après consultation, le Kinésithérapeute à diagnostiquer qu’elle soufre de vives douleurs de l’articulation coxo-fémorale droite du genou et de la cheville homolatérale handicapant la marche et demandé plusieurs analyses pour compléter le diagnostic. A l’issu des analyses des prescriptions médicales ont été faites et un appareil type thomas confectionné pour elle.

Nannipo est parrainé par Marie & Alain depuis avril 2014

Ulyette TAMPO, Il est né le 31 décembre 2002 à Dabogou. Son père s’appelle Ulyette Bamiète et sa mère Tok Amina. La famille est monogame avec deux enfants dont ce garçon et une fille.

La famille vit sur un terrain acquis par héritage. La concession est composée d’un bâtiment et de 6 cases rondes. Les parents pratiquent l’élevage et l’agriculture.

L’enfant est accueilli au foyer Padre Pio depuis septembre 2013, il peut ainsi suivre une scolarité régulière.

La famille souhaite que leur fils soit rétabli, scolarisé et devienne un éducateur.

 Ulyette est parrainé par un couple anonyme de Bruxelles depuis avril 2014

Jonas Bissouki LARE est le fils de LARE Wankate et de KOLANI Podame. Les parents sont domiciliés à Yenbour quartier Gbanpak.  Famille monogame de 7 enfants dont 3 filles et 4 garçons. Bissouki est le quatrième enfant du foyer. Son papa est un vaillant cultivateur aux cultures variées avec (maïs, arachide  mil, sorgho, maraîchage etc.) un revenu 25 sacs de vivres par an. Il est né le 27 novembre 1996 à Gbanpak canton de Tamongou

Lare Bissouki, a été découvert pour la première fois le 07 Novembre 1994 à Bougou lors de la tournée de consultation organisée par le centre avec le Dr Michel QUERE. Il a été invité le 12 janvier 1996 pour se rendre à Tanguièta le 26 mai  2000 pour l’intervention chirurgicale. Après la chirurgie, il a été appareillé  avec une orthèse long rigide plus chaussures orthopédique puis au fil des temps un appareil long articulé et chaussures orthopédique. Présentation le port des appareils orthopédiques est facultatif.

 En vue de lui donner la possibilité de fréquenter une école, le petit vivant avec un handicap fut accueilli à l’Internat « Maman Marguerite à la rentrée scolaire 2002-2003. Il obtint son certificat de fin d’Etude d’Enseignement du Premier Degré session de 24 ; 5 ; 26 juin 2008.

Après l’obtention du CEPD, il a été accueilli au foyer « Père Sébastien » pour le premier cycle du second degré.  De 2008-2013, notre bénéficiaire fréquente au CEG de Bombouaka il prépare son Brevet de d’Etudes du Premier  Cycle Secondaire (BEPC). Donc, actuellement il est en classe de 3e.

Bissouki est un garçon laborieux, courageux. Il n’est pas trop intelligent mais il se donne. Il apprend bien ses leçons et est attentif en classe. Bissouki est un peu timide. Il rit aux belles dents ou aux éclats.

Bissouki souhaite dans la mesure du possible obtenir le BACII, continuer ses études pour devenir professeur Français au Ghana ou ministre de l’élevage et de la pêche. Ses loisirs préférés : le sport, le voyage, la musique, la lecture et la télévision.

Bissouki est parrainé par Anne-Marie D. depuis septembre 2013

Olivier Yedoubé KOMNA 

Il est né en 1997 à Nadjoundi dans la préfecture de Cinkassé. Il est issu d’une famille monogame de deux enfants dont lui et sa sœur Ama. Ce sont des enfants abandonnés par leur père qui est parti en Côte d’Ivoire à la recherche du mieux être mais qui n’est plus revenu jusqu’à ce jour. Dans ces conditions la mère aussi les a abandonné pour se remarier ailleurs. Ainsi donc Olivier et sa sœur sont restés à la charge de leur grand-mère paternelle jusqu’en 2002 où les sœurs de Nadjoundi les ont recueilli et envoyé Olivier au centre pour une consultation orthopédique et pour une meilleure prise en charge.

   Alors il est arrivé au centre pour la première consultation le 24/04/2002 et fut consulté par Théophile BARIKI le Kinésithérapeute du centre. De là il est ressorti qu’Olivier souffrait d’une Infirmité Motrice Cérébrale (IMC). Là, il fallait rester pour faire la rééducation fonctionnelle.

   Vue les conditions sociales de la famille, le père directeur du centre d’alors décida de les accueillir et les interner pour la rééducation et la suite de leur prise en charge. Donc le 04/05/2002 il a été pris en charge pour la première fois en rééducation. Mais comme Olivier ne pouvait rester seul, sa sœur est restée à côté de lui pour l’aider à faire les activités quotidiennes de la vie. Ce fut l’occasion pour elle aussi de commencer l’école et réussir au CEPD puis continuer le collège. Elle vit présentement avec sa grand-mère et son enfant à Nadjoundi et fait la classe de terminale.

   En 2003, ils ont été accueillis au centre et chaque vacance ils regagnent la grand-mère au village. En vacances 2007, pour raison de négligence, au retour, il a développé de grosses escarres qui furent traitées par Théophile jusqu’à cicatrisation. En vacance 2011-2012, il est encore revenu de nouveau au centre avec des escarres plus développés et là le père à décider de l’envoyer au Benin pour une meilleure prise en charge à l’hôpital St jean de Dieu de Tanguieta du 05/09/2013 au 19/11/2013. Depuis leur retour du Benin,  les escarres continuent jusqu’aujourd’hui et il a été traité plusieurs fois par le docteur chirurgien du CHR Dapaong, par un infirmier venant de Bogou pour les pansements de même que les médecins espagnols de l’association Chambbáa de la chirurgie de Mai. Mais au-delà de tout, il souffre toujours de ces escarres et mérite plus d’attention, plus de soutien pour la santé et aussi pour la nourriture. Olivier est jovial, brave, parle le français malgré qu’il n’a pas eu de chance d’aller à l’école.

Olivier, parrainé par YovoTogo en juin 2013 puis par Laura V. depuis nov. 2014

Sonia Sougueya GNOUFOUGOU   est née le 25 juin 2001 à Nyoumkourma dans la Préfecture de Tône. Ses deux parents sont décédés. Elle a été élevée par sa grande mère qui est elle aussi veuve.

Comme handicap, Sonia souffre d’un retard moteur associé à une malformation posterino-énergétique. Elle souffre aussi d’un retard stationo-poudera.  

Sonia a fréquenté  cette année la classe de CP2. Elle passe en classe de CE1. Elle est très joviale et gentille envers ses camarades. Elle a été prise en charge par le Centre en mars 2005. Souriante et amusante, Sonia est contente d’être à l’Internat Padre Pio.

Merci d’avoir porté votre choix sur Sonia, afin de l’aider à bien préparer son avenir et de se réaliser.

 Sonia est parrainé par l'école Pierre Monnereau depuis juin 2013

Thomas Yendougnoan TILAGNOANI est né le 26 juillet 1999 à Yembour, Préfecture de Tandjouaré de TILAGNOANI  Souk et de SOUK Yendoumame, demeurant et domicilié à Yembour quartier Bralongue. La famille est monogame avec quatre (04) enfants. Ils vivent tous ensemble dans une maison en banco dont le terrain est acquis par héritage. L’agriculture et l’élevage constituent les principales sources de revenu. Ils ont un maigre revenu d’environ 8 sacs de céréales par an qui varie selon la pluviométrie de l’année. Le maigre revenu agricole est dû à l’infertilité des sols cultivables et l’indisponibilité d’une part et surtout à la non maîtrise des techniques modernes d’agriculture. La famille élève de la volaille (Coq, poules, poussins et Pintade) et quelques petits ruminants : mouton et chèvre de façon traditionnelle menacée par la peste.    

Thomas a été découvert pour la première fois le 24 juillet 2001. Il fut d’abord rééduqué du 14 octobre au 19 décembre de la même année : l’apprentissage à la marche. En septembre 2006, il a été accueilli à l’Internat « Maman Marguerite du Centre ex-Internat « Village Padre Pio » pour commencer le CP1 à l’Ecole Primaire Catholique de Bombouaka. Il s’est mis ardemment au travail. Il a toujours donné un bon résultat aux évaluations. En juin de 2012, il réussissait à son examen du Certificat de fin d’Etudes de l’Enseignement du Premier Degré (CEPD) avec une moyenne de 12,71 soit 89 points sur 140. Au cours de cette année scolaire, il a été accueilli au foyer « Père Sébastien » du Centre. Il fréquente le Lycée de Bombouaka en classe de 6e. Au premier trimestre de l’année scolaire en cours, il a eu une moyenne de 13,93. Il est le 1er de sa classe.

          Il a bravé son handicap, pour prouver à ses camarades d’école que s’il est handicapé : dystrophie musculaire le mental ne l’est pas. Son exemple doit inciter les cadets et ainés à ne jamais baisser les bras quel que soit la situation.

Thomas est très jovial, calme et sage. Il est plein d’avenir et d’espoir.

 Thomas est parrainé par l'école Pierre Monnereau depuis juin 2013

Merveille Damome KANFOIRE est née le 16 mai 2007 à Dapaong Préfecture de Tône, fille de KANFOIRE Damégale et de KAMMATI Mimpaguibe Julienne, demeurant et domicilié à Dapaong quartier Kampatibe. Son papa est originaire de Yembour préfecture de Tandjouaré. Elle est issue d’une famille polygame. Sa mère est la deuxième, divorcée du moins elle n’a jamais habitée chez le mari. Merveille est le premier enfant de sa maman. Elle est à la charge de sa maman. Maman Merveille vit chez ses parents. Le papa de Merveille vient de temps en temps leur apporter les vivres. Le papa est chauffeur de profession, la maman se débrouillait en préparant et vendant tchakpa (boisson locale) et la viande sauvage. Actuellement, elle est en stage dans l’ONG « Jeune Fille pour Agro » comme animatrice en vue d’embauche.

Damome Merveille a été transféré à la naissance à notre structure pour une meilleure prise en charge. Elle est porteuse de Pieds Equin Bilatéral congénital comme handicap. Elle a d’abord bénéficié de corrections plâtrées successive puis opérée lors de la mission de chirurgie orthopédique et plastique des médecins organisée par le Centre « Saint Louis Orione» en 2008. Puis, est accueillie à l’internat « Village Padre Pio » du Centre en octobre 2012 pour une meilleure prise en charge de sa scolarisation. Merveille fréquente la classe de CP2 à l’Ecole Primaire Catholique de Bombouaka. Au cours de cette rentée scolaire, au premier trimestre, Merveille a occupé le vingt septième rang de sa classe sur trente trois avec un travail insuffisant en raison d’une maladie qu’elle a souffert

Merveille est brave souriante. Elle est très fière d’être à l’Internat « Village Padre Pio du Centre ». Elle s’amuse bien avec les autres camarades de l’Internat. L’exemple de KANFOIRE Merveille doit inciter les cadets et ainés à ne jamais baisser les bras quel que soit la situation dans laquelle ils s’y trouvent.

Merveille est parrainée par Céline & Stépane B. depuis mars 2013

Douti LAMBONI est né le 14 octobre 2006 à Bougou, canton de Natigou  dans la préfecture de Tône. Il a pour handicap des séquelles de Poliomyélite Articulaire Aigüe. Douti a été découvert pour la première fois le 25 janvier 2011, consulté puis appareillé au cours de la même année. En raison de la distance qui sépare sa maison et l’école de son village, nous l’avons accueilli à l’Internat « Village Padre Pio du Centre « Saint Louis Orione » de Bombouaka en vue de lui permettre de fréquenter une école. LAMBONI Douti fréquente l’Ecole Primaire Catholique de Bombouaka  et est en classe de CP1 au cours de cette année scolaire (2011-2012). Selon l’éducatrice spécialisée, il est intelligent et suit bien les cours. C’est un brave enfant, gentille, jovial, courtois mais très turbulent. Il est issu d’une famille polygame de 5 enfants.

Son père M. LAMBONI Lamoutoutidja est un vaillant cultivateur à Bougou et sa mère est ménagère. Pendant la Saison sèche, la famille fait le maraîchage. Elle pratique l’élevage de petit ruminant et de la volaille non associé à l’agriculture.

Certainement, il deviendra une grande personnalité s’il a eu un bon encadrement et du soutien nécessaire.

Douti est parrainé par Chantal S. depuis avril 2012

Emelie Kinansoa KOMBATE est fille de KOMBATE Yenhane et de DOUTI Zenabou et née le 28 octobre 2002 à Dapaong. Orpheline  de père en 2007, elle est porteuse d’une malformation congénitale entrainant le raccourcissement du pied droit. Elle porte une paire de chaussures orthopédiques et un atèle pour compenser le pied court. Avant sa venue au centre jusqu’à présent, les frais d’appareillage et sa scolarisation sont prises en charges par le Centre Saint Louis Orione. A la mort de son papa, elle a été accueillie à la rentrée scolaire 2007-2008 au Centre Saint Louis Orione de Bombouaka; cela pour l'aider à surmonter le décès de son papa et lui permettre de continuer l'école (classe de CP1). Au fait, elle était très attachée à son papa.

Du vivant de son papa, il était un volontaire « commis de bureau » dans une ONG de la place.

La mère est fabrique des galettes d’arachide (kolikolis). En dehors de cette activité pendant la saison des pluies, elle se débrouille pour exploiter une petite parcelle de champs. Mais faute de moyen pour acquérir les intrants agricoles, les récoltes sont toujours maigres. La mère a à sa charge deux autres enfants. Ils mangent deux fois à peines par jours.  La famille pratique l’élevage traditionnelle des volailles toujours menacé par les voleurs.

Emelie, est une fille très docile, joviale. Elle travaille bien à l’école, s’amuse bien avec ses camarades de classe et de l’Internet. Elle aime beaucoup la musique et la danse. Elle est très fière de rester à l’Internat Padre Pio du Centre. Emelie fréquente la classe de CM1 à l’école primaire catholique de Bombouaka.

Emelie est parrainée par Marie-Paule O. & Claude F. depuis Novembre 2011