Voyage de solidarité 2018

 

Du 13 octobre au 2 novembre six membres de l'association se rendent à Bombouaka, au Centre Saint Louis Orione, lieu que nous surnommons "le paradis des Cœurs oubliés".

De jour en jour et en fonction des connections Internet ils partagerons avec vous photos et commentaires sur les moments forts de leurs journées.

Samedi 13 octobre

Avons fait bon voyage avec la compagnie aérienne Brussels Airlines, Isabelle, Marie-Paule et Claude venant de Nantes ont retrouvés Françoise et Clémence venant elles de Toulouse à l’escale de l’aéroport de Bruxelles. Arrivés à l’aéroport de Lomé vers 16:45, Kossivi nous y attendait pour nous conduire à l’hébergement des Sœurs de la Providence Saint Paul situé à Tokoin Witti, nous remettre des Francs CFA et les réservations de car pour le transport vers Bombouaka. Pris en compte de la Mitsubishi Pagero 4x4 que Claude et Marie-Paule ont acheté à distance pour gagner désormais en autonomie lors de leurs déplacements sur le territoire.

Dimanche 14 octobre

Réveillés par le chant du coq, nous prenons notre premier petit déjeuner Africain avant de partir se promener au bord de plage. Claude et Kossivi optent pour une boisson rafraîchissante sur la plage pendant que le reste des membres s’octroient une balade dans les ruelles de Lomé.  L’odeur du poisson grillé, les marchands de fruits, le bruit des klaxons, les mamans qui tressent les cheveux des petites filles nous plongent rapidement dans l’atmosphère/la culture Africaine. Je découvre les étalages du marché de Lomé tout en échangeant quelques bonnes paroles avec des femmes Togolaises.

Puis nous prenons notre premier repas  du séjour sur la plage, quelque peu épicé pour mes papilles. Pour digérer, Marie Claude, Isabelle, Françoise et moi-même partons nous tremper les pieds dans l’océan où se baignent déjà plusieurs enfants. Dans l’après midi, la plage commence à se remplir, nous partons visiter le village des pêcheurs guidés par notre ami Kossivi. La fin de journée approche nous rentrons au Centre Providence Saint Paul pour une bonne nuit de sommeil avant de prendre la route demain pour le Nord de Togo : direction le centre Don Orione à Bombouaka.

Cette première journée m’a permis de faire plus ample connaissance avec Claude, Marie Paule et Isabelle. Je suis impatiente de découvrir les enfants de Don Orione et de poursuivre mon immersion au cœur de la culture Africaine/ Togolaise tout en mettant à profit nos différents projets.  Mais pour le moment il est l’heure de dormir !

Clémence.

Lundi 15 octobre

Journée consacrée au transport vers le centre Saint Louis Orione objectif principal de notre association situé à Bombouaka au nord du pays et distant de 650 kms. Françoise, Isabelle et Clémence se présentent à 5h30 à la station de car, Marie-Paule et Claude à bord de leur  véhicule partent un peu plus tôt, faisant escale à Sokodé Chez Yobé et Madeleine qui les attendent pour le repas du midi. Nous mettons les uns et les autres plus de treize heures pour parcourir les 610 kilomètres séparant Lomé de Bombouaka, la route est plutôt bonne hormis quelques secteurs ou les lombaires sont mises à rudes épreuves.

A bord du car quelques rares  pauses de courtes durées seulement mais une ambiance à bord garantie. Les trois Yovo (blancs en Éwé) sont au fond du bus et se régalent des paysages diversifiés que propose la traversée que propose le Togo.

A bord du véhicule Claude et Marie-Paule sont confrontés à un problème de carburation. Des saletés dans le carburant affecte le bon régime du moteur et occasionne de très nombreux ratés compensés par un usage abusif de l’embrayage qui souffre mais tiendra jusqu’à bon port.

Nous arrivons tous vers 19h00 à Bombouaka, Au centre, les enfants et les adolescents nous attendent et nous entonnent d’émouvantes chansons de bienvenue. La fatigue du voyage se fait sentir et après un repas pris en commun avec les personnels de la communauté nous prenons possession de nos chambres et nous nous mettons au lit, demain est un autre jour.

Mardi 16 octobre

Retrouvailles pour certains, découverte pour d’autres. La matinée est consacrée à la visite des différents secteurs du Centre, l’administration, le pole médical, le service social, les hébergements des enfants et des adolescents en situation de handicap, les ateliers de menuiserie, de soudure et d’appareillage orthopédique etc.

Nous avons la visite d’Arsène Tindame et Martine Somoko du Rotary Club de Tandjouaré-Dapaong dont Claude est membre. Ensemble nous découvrons la réalisation en cours de quelques 355 bancs bureau supervisée par Jules le maitre d’apprentissage de l’atelier menuiserie. Ces mobiliers sont destinés équiper 4 écoles enclavées dans la brousse. C’est un projet du Rotary qui, avec la fourniture des documentations scolaires officielles Togolaise et la réhabilitation de 3 puits va permettre d’améliorer les conditions de travail de presque 1.000 élèves.

Beaucoup de temps passé avec les enfants dont les anciens biens connus, Ekwé, Wampag, Jean, Thomas, Sadjo, Douty etc. etc. au réfectoire à l’heure du repas, dans la salle de jeux et le soir participation aux devoirs de classe.

Coté matériel, l’embrayage du Pajero n’aura pas résisté au mauvais traitement infligé durant le trajet de la veille et le garagiste local le prend en charge pour remplacer le disque et nettoyer la pompe à essence.

Mercredi 17 octobre

Bonne nouvelle pour commencer la journée, le mécanicien de Dapaong nous ramène le Pajéro réparée et lavée de surcroit. La pompe à essence a été nettoyée et le disque d’embrayage changé pour un coup de 53.800 FCFA soit 82 €.

Le groupe se dissocie aujourd’hui. Isabelle, Françoise et Clémence partent rendre visite aux familles d’Aicha, Duty et Sadjo parrainés par l’intermédiaire de l’association. Décollage à 8h00 du centre avec Parfait et Maurice les sociologues c’est Richard qui conduit, direction Dapaong. En chemin  nous faisons halte dans un des lycées protestants de Dapaong pour rendre visite à Duty lycéen mal voyant en classe de première année. Ce sont mes premiers pas dans un établissement scolaire. Tous les enfants sont en uniformes, ils viennent nous saluer et semblent heureux de nous voir. (C’est l’effervescence dans la cours de récréation, le bruit est la première chose qui m’interpelle, les salles de cours sont remplies de jeunes étudiants.)

Puis nous prenons le chemin des villages enclavés de la région des Savanes. Après quelques minutes, nous voilà sur les petits chemins de brousse. La beauté du paysage est incroyable, je décide de monter à l’arrière du véhicule dans la caisse du 4x4 pour profiter de la vue , de la verdure de la végétation, et du grand soleil. Nous arrivons dans les familles, La barrière de la langue nous empêche de communiquer mais heureusement Parfait est notre traducteur. Chaque famille est heureuse de l’éducation et du comportement de leurs enfants lorsqu’ils sont de retour au foyer lors des vacances scolaire. En remerciement nous rentrons avec un coq et une poule, ils vont rejoindre le poulailler du centre avant d’être un jour cuisinés…

Il est temps de prendre le chemin du retour après ces moments forts auprès des familles. Cette journée nous aura permise de faire le lien entre les enfants et leurs familles. De rendre compte des réalités et difficultés pouvant être rencontrées, mais aussi de la satisfaction des parents quant aux biens êtres des enfants au centre.

 

Claude et Marie-Paule quant à eux se rendent à un évènement du Rotary Club de Tandjouaré-Dapaong consistant à la remise officielle d’ordinateurs et à l’inauguration de deux terrains de sports, l’un de volley-ball  et l’autre de basket au profit des élèves et enseignants du Collège de jeunes filles Mô Fant de Dapaong qui pour l’occasion ont toutes revêtus leurs tenues de sports de diverses couleurs.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence de Monseigneur l’Evêque de Dapaong, du Préfet de Tône (qui marquera le premier pannier sur la photo) et du directeur régional de l’éducation et les membres du club.

 

Jeudi 18 octobre

Matinée d’échange avec les administrateurs autour de l’importance d’élaborer un projet d’établissement avec une projection des activités du centre Don Orione sur 3 ans. Un soutien sera apporté par Françoise (responsable d’un établissement ADAPEI en France) quant à la méthodologie mais préalablement, elle doit rencontrer chacun des professionnels pour établir les fiches de postes qui l’attesteront du travail effectif à ce jour.

Isabelle (infirmière en retraite) et Clémence (Infirmière fraichement diplômée) on partagé la matinée avec l’équipe infirmière. Ici l’infirmier qui exerce dans les établissements dits « de base » prend seul en charge les patients pour les pathologies simples. Un médecin intervient 2 fois/semaine pour les cas plus compliqués. Actuellement le principal motif de consultation est le paludisme.

Les enfants accueillis au centre bénéficient également de 3 petits bilans dans l’année. Mais ce qui a le plus marqué Clémence et Isabelle c’est la différence dans l’organisation du travail entre la France et ici.

Marie-Paule passe beaucoup de son temps avec les jeunes enfants en fauteuil en les promenant dans le centre, jouant avec eux sous l’apatam (photo) et le soir venu elle les aides à faire leurs devoirs scolaire.

Après midi nous partons visiter Nanipo une fillette également parrainée par l’intermédiaire de l’association. Depuis quelques mois Nanipo qui cesse l’école est en stage préliminaire d’apprentissage de couture dans une boutique face au marché de Bombouaka. Cette fillette à eu un parcourt très difficile, son papa s’est suicidé il y a 4ans et sa maman est décédée l’an passée suite à l’infection d’un abcès persistant à la jambe. Nanipo dont le handicap s’est fortement amélioré vie désormais avec son grand frère dans la soukala familiale elle est toujours suivie en externe par le centre.

Nous nous rendons ensuite à Dapaong au « Fablab-Ortholab » réalisé dans l’enceinte du C.R.E.T.F.P. (Collège Régionale d’Enseignement Technique et de Formation Professionnel) en partenariat avec l’association locale JUMP Lab’Orione. Afo et Jacques font découvrir à Isabelle, Françoise et Clémence le grand projet visant à apporter au nord Togo des technologies modernes. Grace à l’OrthoLab  de notre partenaire Belge Roberto de HP&O. qui avec des imprimantes 2D réalise des prothèses mettant ainsi «Le numérique libre au service de la jeunesse et pour réduire le handicap au nord Togo.»